MES AMIS LES BËTES

by Catherineenrobedeschamps.over-blog.com December 23 2020, 11:58 nos amies les bêtes

Pendant ce confinement, et pour tromper la solitude, nous avons nos ami(e)s les bêtes, je dirais plutôt: "animaux de compagnie".

Ceux là peuvent être des chats, des chiens (bon, en ville, pas sympa, car les pauvres chiens ne peuvent pas bien courir). Des chiens, j'en ai vu apparaître autour de moi, des gros, des petits, faut dire que cela faisait une excuse pour sortir (attestation). le parc à chiens est au bout de ma rue...les pauvres ...ils n'avaient pas toujours le temps de se retenir, mais tu crois que leurs propriétaires auraient ramassé leurs crottes sur le trottoir? Que vont-ils devenir après le confinement? SPA ?

Les seuls qui supportent la ville, ce sont les chats, comme Molly, confortablement installée sur le radiateur, elle a une place de choix devant la fenêtre pour observer les mouvements de la rue...quelle commère! mais ce sont surtout les pigeons du toit d'en face qui l’intéresse!

 

Une pensée pour Raoul, disparu depuis 2018, qui rêvait d'informatique...

Quelle idée !

 

Et puis, il y a "Chloroquine et Raoult", comme je les ai appelées pendant le premier confinement, ce couple de tourterelles a trouvé refuge sur l'arbre du voisin, attendant mes graines de tournesol, disposées dans une mangeoire, que je tiens hors de portée de Mollly, évidement ...

et puis il y les puces , meilleures amies du chat, que j'évite en la traitant régulièrement...

Il y a aussi les moineaux, un peu plus nombreux depuis le confinement, qui logent dans les trous de la vielle maison d'en face, qui heureusement, n'a pas subit de ravalement de façade.

Il manque les mésanges, les papillons, les rouges gorges,  que certains, à la campagne, ont la chance de voir encore...les canards...

http://https://youtu.be/uTIkbXnpHsg

En ville, on pourrait rajouter les hirondelles (ancien nom donné à la police qui circulait en vélo, avec des capes noires)😁. Il y a les étourneaux, qui ne sont absolument pas bienvenus sur les places où se garent les voitures, qu'on chasse à coup de canons pour les effrayer..

Et puis, en levant la tête, à certains moments de l'année, on voit des vols de martinets, qui sont connus pour ne jamais se poser...des passages d'oiseaux qui rejoignent à certaines saisons les étangs des Dombes.

Mais vers chez nous, point de Cigognes, mais où sont passés les bébés?

une découverte...qui a inspiré Georges Brassens: Jean Richepin

https://youtu.be/07j2okbYjPs

 

 

To be informed of the latest articles, subscribe:
comments

Axel de la Tonte 12/28/2020 02:26

Ces "oiseaux de passage"... Quel bel hymne à la liberté, à la conscience... Merci à Jean, merci à Georges. Et puis Molly..! Ah! Molly! Quelle teigne. Et quelle clown en même temps. Il y a encore le souvenir de Raoul. Un bon gars, Raoul. Piètre informaticien mais bon copain. Et s'il faut célébrer toutes les bêtes urbaines de temps confinés ou non, que dire de ce renard apparu dans ce coin de banlieue parisienne, de ces fouines joueuses qui traversent la nuit de cette même banlieue... Et de toutes les araignées qui parcourent nos murs, nos plafonds et nous aident à lutter contre les importuns moustiques. Et pour conclure... Bravo pour cette fidélisation de Chloroquine et Raoult survenus en temps de confinement et qui, depuis, ont installé leur quartier général au plus près de la gamelle..! Merci à elles toutes, à eux tous, à toutes ces bébêtes qui apportent des sourires dans nos vies et des rêves inassouvis lorsque l'on voudrait s'envoler pour suivre "les oiseaux de passage".

Catherineenrobedeschamps.over-blog.com 12/29/2020 12:53

Bon, les araignées moins on les voit, mieux on se porte, même si elles sont utiles...mais je trouve dommage la disparition des "hirondelles"!

Go to top